dimanche 16 septembre (19H ENTRÉE LIBRE)
Woman Spring et Rencontre contemporaine

Le dimanche 16 septembre à 19h à l'Ogresse ! Deux spectacles de danse et musique contemporaine pour bien commencer l'automne !

*** Woman Spring : un solo de danse Julia Donzilo ***

Woman Spring s’appuie sur des fondations solides, autant scientifiques que poétiques ainsi que sur un long travail de recherche autour du Sacre du Printemps de Vaslav Nijinsky, créé au sein des Ballets russes de Serge Diaghilev en 1913. Il s'agit de la recherche d'une réintégration et de la quête d'un état originel de la femme désormais perdu. Dans sa complexité, la grâce et la pesanteur se croisent sans cesse. Cette idée d’opposition intrinsèque devient le moteur de recherche de l'expression corporelle de l'artiste pour naviguer entre ces attributs à la fois opposés et complémentaires. Le choix sonore pour Woman Spring est la musique originale d’Igor Stravinsky. Pour comprendre le sens profond du Sacre, par sa sensibilité face aux notes brutes et authentiques, Julia Dondzilo revisite la musique au service du rythme et de la beauté pianistique. Cette musique guide l’interprète vers une chorégraphie pulsionnelle en intégrant d’avantage le sujet principal de la pièce, la femme au sens primaire. Woman Spring est un nouvel élan, une interprétation inédite, surprenante, singulière et qui souhaite avant tout s’appuyer sur l'universalité de la dimension féminine.

Suivi de : *** Un spectacle-rencontre de danse et de musique entre 5 artistes poétiques ***

Venez assister à la rencontre de 5 interprètes dans un spectacle inédit adaptés spécialement pour l'Ogresse. Les corps de 3 danseuses s'entremêlent, créant tour à tour des monstres sacrés et des scènes comiques de la vie quotidienne. Deux musiciens ajoutent leur poésie aux images en magnifiant des bruits naturels et en jouant de leur voix, saxophone et violoncelle. Un spectacle à la fois simple et profond, qui vous emporte le temps d'une respiration.

*** infos pratiques *** Dimanche 16 septembre De 19h a 21h A l’Ogresse, 4 rue des Prairies, 75020 Paris Entrée : 10/5€

Le spectacle est issu de la rencontre spontanée, étonnante et enthousiaste de ces artistes :

Kaori Asahiro : Kaori a commencé sa carrière de danseuse à l'âge de 18 ans. Depuis 2005, elle participe régulièrement à des projets de la compagnie japonaise “La Danse Contrastée” et aux performances de “AAPA/Away At Performing Arts” en tant que chorégraphe et interprète. Elle collabore également avec des artistes d'horizons divers tels que musiciens, comédiens, peintre, styliste, cinéaste, architecte… Son talent est polyvalent. Depuis peu, elle crée également en tant que photographe. Ses créations dansées, bien que éphémères par nature résonnent en nous d'une mémoire primordiale. En-deçà du langage, le monde contient tout, reliant par un réseau infini chaque existence. Toutes les manifestations du vivant interfèrent entre elles, s'opposent, s'unissent, ondulent, jaillissent et tissent sans fin le flux de la vie. De ces perceptions synesthésiques propre à la toute première enfance et graduellement effacés, Kaori Asahiro garde une mémoire sensorielle qu'elle essaie à chaque fois d'incarner et de transmettre.

Lucile Belliveau : Lucile est une danseuse et chorégraphe au parcours surprenant. Après des études en neurosciences en France, Royaume-Uni et Allemagne, elle se forme à la danse contemporaine et au ballet à l’école Iwanson à Munich. Sa curiosité la conduit à l’apprentissage de nombreuses techniques telle que le gaga, l’improvisation en groupe, le théâtre corporel, le cirque, la méditation, le yoga, etc. Elle effectue également des séjours en Inde où elle s’initie à la danse classique, aux arts martiaux et au chant indien. Lucile s'intéresse particulièrement à l’expression de soi et du soi dans l’instant par le mouvement sincère en pleine conscience. Elle nourrit ses improvisations par un travail sur soi introspectif et spirituel ainsi qu’un travail physique intense. Elle créé de nombreuses pièces en collaboration avec des musiciens et des danseurs de différents horizons, gardant l’humain et la poésie au coeur de son propos artistique. Elle travaille notamment au sein du collectif Catastroflux avec la création de pièces courtes, de pièces in-situ et un engagement avec les communautés locales dans leurs lieux de travail. Lucile est également musicienne, naviguant entre les univers occidentaux et orientaux avec sa voix et sa contrebasse, ce qui permet un échange toujours plus riche entre mouvement et musique.

Floriane Dardard : Après des études classique de violoncelle, Floriane Dardard s’ouvre à l’improvisation et trouve sa voie dans la création de musique spontanée et transportante. Elle explore ainsi divers styles de musique, l’électroacoustique devenant sa palette de prédilection, à la frontière entre le brut, présent et le synthétique, ondoyante. Sa rencontre avec le théâtre avec la Compagnie en Carton, et la danse avec le collectif Catastroflux, l’emmènent vers une vision plus globale que le concert de musique: le son devient scénographie, acteur, danseur. De boîtes à rythmes en ambiances oppressantes, elle participe à de multiples facettes du spectacle vivant, en étant actrice autant que musicienne, et s’essaye aux formes de composition enregistrée, écrite ou partiellement improvisée. Elle découvre la nature originelle de la musique, les percussions résonnantes et le chant chargé d’émotion, et se passionne pour les possibilités expressives illimités de l’acte vocal, et l’empathie qui traverse les chanteurs lorsqu’ils chantent en groupe. Elle se dirige alors vers la direction de choeurs, où elle invente des exercices pour élargir les possibles musicaux. Avec cette nouvelle énergie générée par le groupe, elle replonge dans des créations collectives qu’elle porte dans les milieux sans distinction de moyens, en utilisant la musique comme vecteur de lien social.

Julia Dondzilo : Interprète transfrontalière, elle approfondit sa sensibilité et sa technique en travaillant pour différentes écritures chorégraphiques. En 2012, elle débute sa carrière de chorégraphe et développe en France et en Pologne ses propres projets au sein de la Compagnie Fructus Soma et la Compagnie de danse Julia Dondzilo. Aujourd'hui, Julia Dondzilo puise dans la forêt de Fontainebleau pour se ressourcer et retrouver son équilibre entre la dynamique urbaine, la création artistique et de nombreuses voyages dans le monde. A travers les performances, stages et ateliers, elle invite les autres à explorer et à profiter des merveilles de la nature et des forces de la danse.

Satoru Kita : Né en 1977 à Osaka, Japon, Satoru émigre à Singapour à l’âge d’un an pour y vivre jusqu’à ses 5 ans. De retour au Japon, il débute le violoncelle, et le pratique quotidiennement de 5 ans à 15 ans. Il s’installe en France en 1996 pour y apprendre la sculpture, et à 20 ans, s'initie au saxophone. Depuis il participe aux divers projets tels que le duo avec contrebassiste Kentaro Suzuki "Otoms", le duo avec Tomoo Nagai "Kynas", la collaboration avec les danseurs "Ichion-Ichibu", la composition pour le film "Last room" de Pierre & Mattieu Carniaux, etc. En se basant sur une sensibilité visuelle et tactile développée au fil de ses diverses créations, il attache de l’importance à donner une dimension picturale à sa musique.

Partager sur :
Réserver
<< Decembre 2018 >>
DiLuMaMeJeVeSa
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031